Sections
Accueil UNamur > Nouvelles > Soins de santé : un outil informatique prévoit les besoins des wallons
Nouvelle

Soins de santé : un outil informatique prévoit les besoins des wallons

C'est le but du projet VBIH mené au sein de l'Institut NAXYS et financé par le SPW. D’ici 2030, la Wallonie comptera environ 200 000 personnes de plus de 80 ans. Un constat qui incite à anticiper nos besoins futurs en terme de soins de santé.

  
Évaluer ces besoins à l’échelle des communes est le but du projet Virtual Belgium In Health (VBIH). Une étude menée à l’UNamur, en collaboration avec l’UCL et l’Agence pour une Vie de Qualité, et financée par la Wallonie.

Un outil au service de divers secteurs

Pour ce faire, les chercheurs ont raffiné un outil mathématique destiné notamment à réaliser des études prospectives.

« Cet outil permet par exemple d’estimer que l’on aura besoin de X pourcents de lits en plus dans les maisons de repos du côté de Charleroi, ou de Y pourcents de moins à Waterloo, et informe des différences d’une commune à l’autre » indiquent Eric Cornélis et Timoteo Carletti, membres de l’Institut naXys et promoteurs du projet.

Développée au département de mathématique depuis quelques années, cette méthode mathématique a été à l’origine conçue dans le cadre de la mobilité.

 « C’est ce qu’on appelle un outil de population synthétique. Par des méthodes statistiques particulières, nous sommes capables de reconstruire une population sur une maille géographique fine» précise le Dr. Cornélis.

« Et ces méthodes sont valides dans de nombreux domaines, tels que l’emploi, l’aménagement du territoire, ou encore les besoins futurs dans une population vieillissante ».

Du Macro au micro

Le principal avantage de cet outil est de reconstruire des populations à petites échelles sur base de données sensibles. Et ce tout en respectant la protection de la vie privée.

« Dans les faits, nous ne pouvons pas disposer de données relatives à la santé au niveau des individus. Et donc établir des statistiques précises à l’échelle des ménages » explique Eric Cornélis.

« Notre outil contourne ce problème en réalisant une micro simulation dans chaque commune wallonne, ajoute le Pr. Carletti. Notre population est donc ici virtuelle, mais reste la plus proche possible de la réalité. L’idée est de se fonder sur des statistiques disponibles à plus grande échelle. Tout en prenant en considération les processus évolutifs de ces données».

Le caractère novateur de l’outil tient ainsi surtout dans la micro-simulation des évolutions temporelles de la population virtuelle, qui permet des études prospectives.

Un vieillissement non-uniforme

Au final, le projet VBIH vise à fournir aux acteurs publics un outil informatique et cartographique. Qui leur offre la possibilité de réaliser des statistiques prospectives à petite échelle dans le domaine de la santé.

« Nous savons aujourd’hui que la population wallonne sera à l’avenir plus âgée, mais nous savons aussi que ce vieillissement ne sera pas uniforme. L’est du Luxembourg et le sud de Namur sera par exemple davantage impactés par le vieillissement de sa population, en comparaison au Brabant Wallon » stipule Eric Cornélis.

L’outil informatique prévoit également pour l’horizon 2030 un accroissement du diabète pour les communes de la province de Liège et du Hainaut. Mais aussi une recrudescence de la maladie pulmonaire Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive chez la majorité des wallons.

L'idée n'est évidemment pas de dresser un portrait sombre de l’avenir qui nous attend.

« Cet outil sert surtout à anticiper ces évolutions, et d’ainsi mieux nous y préparer, et à agir en conséquence » concluent les chercheurs.

Contact : Eric Cornelis - eric.cornelis@unamur.be
Plus d'info : https://www.unamur.be/recherche/projets/rw/vbih
Partager :